top of page
  • tribouletmagique

Triboulet

Dernière mise à jour : 22 sept. 2022

Mais qui est donc ce personnage qui a donné son nom à la Cie. Triboulet Magique ?


Bon nombre de personnes, lorsque l'on évoque Triboulet, font référence au personnage tout droit sorti de l'imagination de Victor Hugo dans Le Roi s'amuse. Cette pièce de théâtre devint grâce à Piave et Verdi un opéra à succès. En 1841, “Triboulet“ devient un journal satirique. Au début du XXème siècle on peut recenser une multitude d'oeuvres théâtrales, livres et journaux portant le nom de Triboulet ou y faisant référence. Si l'oeuvre de Victor Hugo n'a pas, en sont temps, eu le succès escompté, elle a le mérite d'avoir fait sortir le personnage de l'histoire pour le faire entrer dans la légende.


Triboulet a bel est bien existé, ou plutôt ils ont ont bel et bien existé. Car, oui, il n'y eu pas un, mais plusieurs “Triboulet“. Les dictionnaires courant en distinguent deux : d'un coté le bouffon du Roi René d'Anjou, celui de Louis XII et François 1er de l'autre. Cependant il parait probable qu'il faille en distingué non pas deux mais trois car celui de Louis XII et François 1er peut difficilement être qu'une seule et même personne. Il n'y a là rien d'étonnant, l'homonymie chez les fous de cour est des plus courante et les noms de famille se sont sans aucun doute transformés en surnoms liés à la fonction et se sont ainsi retrouvés dans les livres de comptes royaux. “Triboulet“, par la suite, donnera lieu à bon nombre d'interprétations qui désigne généralement un fou.

Le Triboulet du Roi René fut le premier a recevoir les honneurs d'un portrait. Un bas relief de marbre et l'avers d'une médaille tous deux sculptés par Francesco Laurana, à la demande du duc d’Anjou. Sur la médaille Triboulet et affublé d'une marotte et revêt une ample et noble robe, sans doute offerte par le Roi et qui d'une manière certaine donna à Triboulet sa condition de “Fou Royal“

Mais le Triboulet du roi René a été bien plus qu’un simple fou, il fût un véritable homme de théâtre, auteur de plusieurs textes, certains lui attribut même la paternité de la Farce de Pathelin dont il fût l'acteur.

Les deux successeurs du Triboulet du Roi René, bien qu’ils soient à l’origine de la création hugolienne, et donc de la fortune moderne du personnage de Triboulet, sont la plupart du temps confondus en un seul et unique fou. Ce Triboulet aurait couvert les règnes de Louis XII et de François Ier. Bien qu'il n'existent que peu de document permettant de distinguer ces deux “Triboulet“, Un texte repris par bon nombre d'historiens semble incontestable. Il s’agit de l’épitaphe écrite par Jean Marot :


Long temps apres, le mien seigneur et maistre, Longtemps après, mon seigneur et maître Loys douziesme, en ce lieu me feit mettre, Louis douzième, en ce lieu me fit mettre, Taillé au vif, afin que le nom dure Taillé au vif, afin que le nom dure Du plus vray sot qu’oncques forgea Nature. Du plus vrai sot que forgea la nature.


Ce texte démontre sans équivoque possible que c'est bien Louis XII qui fit réaliser le tombeau du Triboulet en question et celui-ci est donc mort avant 1515.


Les livres de comptes de la maison de François Ier font, cependant font mention d’un certain Triboulet. La présence d’un Triboulet est , également, attestée dans une chronique relatant l'expédition Italienne que fit François 1er au début de son règne. Il y a donc bien eu de deux fous du même nom, le premier étant mort sous le règne de Louis XII,le second ayant peut-être commencé sa carrière sous ce même roi, et l’ayant en tout cas poursuivie sous celui de son successeur François 1er.





Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page